Christophe Matin et ses Asperges vertes et blanches de Provence, d’autres en fins copeaux

A l’occasion des 20 ans de la Bastide de Moustiers, le chef étoilé Christophe Martin propose un menu dégustation anniversaire, à l’image de sa cuisine locale et généreuse. 

Bastide de Moustiers - extérieur portail - (c) PierreMonetta

Entrée de la Bastide

 

« La nature inspire ma cuisine ; ce menu rend hommage aux meilleurs produits de notre région et reflète l’esprit de notre maison depuis 20 ans : convivialité, authenticité et générosité ». C.Martin

 

Pour la petite histoire, Alain Ducasse découvre les Alpes de Haute-Provence il y a 20 ans, lors de l’un de ses périples en moto. Il tombe sous le charme du village de Moustiers-Sainte-Marie et se met en quête d’une belle demeure afin de l’ouvrir aux amoureux de la Provence. C’est en 1994 qu’il achète la propriété d’un ancien maître faïencier et la transforme en auberge, la Bastide de Moustiers.

Bastide de Moustiers - extérieur chemin - (c)PierreMonetta

Au milieu des lavandes et des oliviers, dans un parc de cinq hectares, se dresse la bâtisse pleine de charme. Alain Ducasse a souhaité que son auberge soit chaleureuse et accueillante. On y déguste les légumes du potager, et après la traditionnelle sieste provençale dans les hamacs à l’ombre d’arbres centenaires, pourquoi ne pas aller à la rencontre des ânes et chevaux du domaine ?  Animé d’une sincère envie de faire plaisir et de partager sa passion pour ce lieu unique, Alain Ducasse s’est investi pleinement dans son aménagement. Tous ces petits détails font le charme et le confort d’une maison de famille. A l’occasion des vingt ans de sa bastide de coeur, il accueille personnellement ses hôtes le temps d’un week end…

 

Ici tout n’est que calme, luxe et volupté …


Recette Anniversaire : Asperges vertes et blanches de Provence, d’autres en fins copeaux

 

Bastide de Moustiers - asperges - (c)Pierre.Monetta

 

 

Recette de Christophe Martin, chef de la Bastide de Moustiers

Recette pour 4 personnes

Ingrédients : 

  • 24 asperges vertes
  • 20 asperges blanches
  • 2 belles sucrines
  • Quelques brins de pimprenelle

Progression de la recette : 

  1. Laver et éplucher 20 asperges vertes puis les couper à 10 centimètres de la tête.
  2. Réserver les queues des asperges vertes.
  3. Eplucher les asperges blanches puis les couper également à 10 centimètres de la tête.
  4. Réserver les queues des asperges blanches.
  5. Emincer en rondelles les queues d’asperges vertes et blanches réservées plus tôt.
  6. Faire suer les rondelles des asperges vertes dans un sautoir avec un filet d’huile d’olive. Puis les mouiller avec un bouillon de légumes et les saler. Pour finir, les laisser refroidir dans un cul de poule plongé dans la glace.
  7. Séparément faire suer les rondelles des asperges blanches dans un sautoir avec un filet d’huile d’olive. Puis les mouiller au bouillon de légumes et les saler. Pour finir, mixer les rondelles d’asperges blanches jusqu’à l’obtention d’une purée.
  8. Dans un sautoir, mettre les têtes d’asperges vertes et blanches, les mouiller avec un bouillon de légumes et les faire cuire avec un filet d’huile d’olive. Les saler. Laisser refroidir.
  9. Couper en deux les sucrines, les effeuiller et récupérer les deux cœurs. Couper en deux chaque cœur, assaisonner avec de l’huile d’olive et de la fleur de sel. Réserver.

Dressage

  1. Au fond de chaque assiette, mettre la moitié du cœur de sucrine ainsi que la purée d’asperges blanches. Y planter les têtes d’asperges vertes et blanches réservées.
  2. Prendre les quatre asperges vertes restantes et couper les à 10 cm de la tête. Couper la tête de chacune en biseau (copeaux coupés dans la longueur) et la queue en rondelles.
  3. Ajouter sur l’assiette dressée, les copeaux et rondelles d’asperges vertes crues ainsi que quelques brins de pimprenelle.

 

A PROPOS DE CHRISTOPHE MARTIN 

Le Chef étoilé Christophe Martin

Le Chef étoilé Christophe Martin

 

Sartois d’origine, Christophe Martin débute sa carrière dans sa région natale avant de la poursuivre à l’Auberge Bretonne à La Roche-Bernard, puis l’Atlantide à Nantes et l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern. En 2000, il intègre la brigade du Louis XV à Monaco. En 2004, il prend ensuite la direction des cuisines de l’Andana en Toscane, et obtient sa première étoile Michelin en 2006. Dès sa première année dans les cuisines de la Bastide, il conserve l’étoile au guide Michelin.

Une autre recette du Chef ? C’est par ici

 

 

A savoir : le week end du 10 avril 2015 : « Alain Ducasse vous ouvre les portes de sa maison », un séjour exclusif et intime à la Bastide de Moustiers. 
Capture d’écran 2015-02-24 à 14.09.54

Comment se rendre à la Bastide ?
La Bastide de Moustiers – Membre de Châteaux & Hôtels Collection
Chemin de Quison
04360 Moustiers-Sainte-Marie
04 92 70 47 47
www.bastide-moustiers.com

 

 

Photos : copyright Pierre Monetta

 

Publicités

LE PERROQUET BLEU N’A PAS FINI DE JACQUETER

images-1

C’est la bonne adresse des initiés à Marseille, grâce à Réda, frère du comédien français Kad Mérad. Ambiance traditionnelle et conviviale pour un restaurant décoré dans le pur style des années 30.

Dans le quartier de la Joliette, sur le boulevard des Dames, Le Perroquet bleu est tout d’abord connu pour le lien de parenté qui unit l’un des patrons à un célèbre comédien. C’est aussi une façade classée et rénovée datant des années 30 représentant un perroquet. C’est une ancienne boîte de nuit des années 40, reprise par Réda Mérad devenue lieu incontournable à Marseille. Bien connu des Marseillais depuis plusieurs décennies, le Perroquet bleu a rouvert ses portes en 2009. Nouveau propriétaire, nouveau lieu, nouvelle dynamique, nouvel esprit avec un credo simple : « entre amis ».

En effet, chaque semaine, plusieurs centaines de personnes s’y retrouvent pour boire un verre, profiter d’un concert, déjeuner, dîner. Très prisé par la clientèle des bureaux alentours, c’est aussi le lieu de prédilection de la jet-set locale et des Marseillais les plus branchés.

Loin de sa réputation jadis sulfureuse, l’établissement propose une cuisine française simple et copieuse; sandwichs, salades, tartines pour le déjeuner du lundi au samedi. Côté desserts, que du classique mais de qualité, du moelleux au chocolat en passant par la tarte Tatin et le Tiramisu. Le soir, vous passerez un agréable moment autour d’un apéritif. La carte des vins est belle et correcte sans être pléthorique.

L’endroit est surtout apprécié pour ses soirées « apér’oks » les jeudis et dîners au son du jazz les vendredis. Avec un décor des années 30, l’ambiance se veut conviviale et traditionnelle.

L’adresse est aussi une épicerie où l’on trouve des bons produits locaux pour faire quelques menus achats en passant.

Et depuis peu le très branché Perroquet bleu propose panamas, bracelets, accessoires et vêtements estampillés de son célèbre nom. Des produits originaux, uniques, afin de faire perdurer la notoriété de ce mythique établissement marseillais. Une nouvelle marque animée par un concept novateur puisque les clients choisissent eux-mêmes les produits qu’ils désirent porter. Qu’il s’agisse de créations ou d’adaptations, tout est réalisable à condition que cela réponde à une philosophie : des produits simples et élégants, de qualité, fabriqués selon des normes « commerce équitable » et reflétant la convivialité du Perroquet bleu. Les articles sont vendus sur place et sur le site internet mais aussi dans deux boutiques de la ville, chez Flo, dans le 8e arrondissement et au Comptoir du Panier, dans le 2e arrondissement.

Ne vous y méprenez pas, le Perroquet ne change pas d’activité, c’est une idée, un petit plus pour faire perdurer la marque à travers des produits dérivés. Une marque au centre de laquelle se trouve l’idée qu’au Perroquet bleu, on n’est pas simple client, on y vient et revient car on y (re)trouve ses amis et qu’on s’y sent bien.

Julie Viboud

ÉCRIT POUR NEWS OF MARSEILLE

LE MARENGO, ÇA VAUT LE DÉTOUR !

images-5

La Doloréane, Goldorak, le Club des Cinq, … tous ces noms vous rappellent des souvenirs ? Rendez-vous au Marengo, le nouveau repaire d’adulescents ! Exit le bar Marengo, place au Marengo Bistroquet, un resto régressif qui nous replonge dans notre enfance super heureuse, nos années 80 chéries, nos dessins animés, nos BD, notre Babybel et nos Schoko-Bons.

 

Seb et Nico, les deux associés, ont passé l’âge de la bibliothèque rose, mais pas trop. Côté déco, on est catapulté dans les années 80. Goldorak trône au centre de la niche au côté d’un vieux jeu de l’oie et d’une collection de 45 tours. En face, un mur d’images où chacun peut retrouver ses classiques de jeunesse (Club Dorothée, Picsou, Barbapapa …). Pour les tables et les chaises, c’est ambiance salle de classe, retour à l’école primaire. La carte est rigolote façon feuille de cours tachée d’encre. Ils se sont inspirés des « Fils à Maman », des restaurants qui ont été ouverts à Paris et à Lyon par des amis, et y ont rajouté leur touche perso.

 Le midi, on peut déjeuner dehors au soleil et au calme (oui, le midi ce coin est au calme, j’avoue, c’est incroyable). Il y a une carte midi et une carte soir. Les prix sont un peu plus light le midi grâce aux 3 formules proposées. Le dimanche on peut venir bruncher. En fait, le Marengo, c’est tout le temps ouvert. Il n’y a pas beaucoup de place, du coup c’est convivial mais il vaut mieux réserver.

Les deux garçons ont transformé leur ancien bar de quartier en cantine récréative. Ici, pas de chichi, l’ardoise est truffée de recettes originales. Croquettes sur roquette oui, mais au Babybel coulant, cheeseburger, un cordon bleu poulet beaufort… Mais pas que… on peut dénicher un plat mijoté dans la cocotte de maman. Côté dessert ? Fondant aux chocolat Schoko-bons, un petit suisse avec Crunch et Pailles d’Or, et un sablé aux Petits Lu avec Nutella, banane et chantilly. Bref, on va au resto pour manger plaisir, manger comme quand on était petits, des cordons bleus, des coquillettes, de la purée. Et on n’est pas là pour compter ses calories, ce n’est pas la peine ! Autre concept original, après dix déjeuners, vous pourrez tourner la roue de la chance pour gagner une coupe de champagne, une nuit avec le patron …. Ou faire le service en salle ou payer votre plonge !

 Enfin, si vous vous laisser tenter par le Marengo, n’oubliez pas de faire un tour par les toilettes ! Comme on ne va pas tout vous révéler maintenant, on vous laisse la surprise du concept !

Infos Pratiques

 Marengo Bistroquet

1, rue Marengo 13006 Marseille

 Ouvert du lundi au samedi

Midi et soir
Le dimanche pour le brunch

Réservation : 09.64.47.32.40

Julie Viboud

ARTICLE ÉCRIT POUR NEWS OF MARSEILLE