MRAP 13

images-1

Lorsqu’on est victime de racisme, on peut se tourner vers diverses associations pour en parler. Au Cours Julien, on peut par exemple pousser la porte du MRAP13, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples.

Commençons par un petit historique. Pour ceux qui ne le connaissent pas, le MRAP est né en 1949 de la résistance à l’idéologie nazie, à l’initiative d’anciens résistants et déportés. Il n’a cessé de combattre toutes les formes de racisme, d’agir pour l’amitié entre les peuples et pour l’égalité des droits entre tous les êtres humains. Le MRAP est notamment connu pour ses luttes historiques : contre l’antisémitisme, contre l’apartheid en Afrique du Sud, contre la ségrégation et pour le droit des minorités aux Etats-Unis, contre le colonialisme et ses implications racistes, contre le racisme à l’égard des Tsiganes et des immigrés, pour la régularisation de tous les sans-papiers et la fermeture des centres de rétention (oui, il y en a beaucoup). En résumé l’association œuvre pour la défense des victimes du racisme et le respect des droits de l’Homme, et soutient des relations internationales fondées sur la justice, la démocratie et l’amitié entre les peuples. Le MRAP est surtout à l’origine de la loi du 1er juillet 1972 qui fait du racisme un délit.

Il existe des MRAP dans plusieurs villes de France. Au MRAP 13 on revendique de privilégier le militantisme de proximité, de s’engager au côté des victimes du racisme, sans exclusivité ni hiérarchisation, de refuser tous les intégrismes. On veut valoriser la laïcité, garante du bien-vivre ensemble dans l’espace public. On milite pour l’égalité des droits : contre les discriminations, pour le droit de vote des étrangers résidents, la scolarité de tous les enfants et le soutien aux luttes des femmes dans le monde. On veut défendre la liberté de circulation et d’installation. On agit au niveau international pour l’amitié entre les peuples (en dénonçant par exemple l’impérialisme, le post-colonialisme, les rapports Nord-Sud, les effets de la mondialisation libérale). On tient également à favoriser le développement du commerce équitable. Enfin on s’implique en solidarité internationale et dans des échanges jeunesse. Bref, on fait beaucoup de choses.

Que ce soit pour des permanences juridiques quotidiennes destinées aux victimes de discriminations, des temps de rencontres ou de débats, des animations et des interventions, des échanges internationaux entre enfants du monde ou bien encore des manifestations, la porte est toujours ouverte et pour tout le monde.

Julie Viboud

Infos Pratiques 
Maison Méditerranéenne des Droits de l’Homme
34, Cours Julien
13006 MARSEILLE
Tél/Fax.: 04 91 42 94 65
Courriel : mrap13@free.fr

ARTICLE ÉCRIT POUR NEWS OF MARSEILLE 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s